Ingrédient, j’écris ton nom

Des parfums toujours plus nombreux affichent à travers leur nom les matières premières qu’ils orchestrent. Et tirent ainsi leur épingle du jeu sur un marché saturé par la nouveauté.

Des récents Moonlight Patchouli (Van Cleef & Arpels) à Lemon & Basil (Jo Malone) ou Iris Harmonique (Givenchy), la parfumerie exhibe ses matières premières. Chez les grandes marques, on voit fleurir depuis quelques années des lignes haut de gamme érigeant en stars les composants de leurs fragrances. La Collection Extraordinaire de Van Cleef & Arpels, l’Atelier de Givenchy, l’Art et la Matière de Guerlain, Armani Privé, les Essences d’Elie Saab ou encore la toute nouvelle Maison Lancôme… Personne ne semble échapper à cette tendance inspirée par la parfumerie de niche, où identifier une matière première dans le nom d’une fragrance ou articuler un discours autour de ses ingrédients n’est pas un phénomène nouveau. Figure emblématique de cet univers alternatif, Serge Lutens proposait déjà Ambre Sultan ou Sa Majesté la Rose en 2000…

Retrouvez la totalité de cet article sur L'Opinion


Sale

Unavailable

Sold Out